VMS ecosystem revisited

requin 11.jpg

En cette fin d’année 2013 pour nous deux événements coïncident :

  • pour HP-Interex France l’aboutissement d’un semestre de travail avec la publication des premiers résultats de notre enquête, centrés sur la France (Premiers résultats de l'enquête d'automne 2013),
  • pour la communauté OpenVMS en général une correction de l’annonce de Juin 2013, qui affine certaines données (lettres aux clients OpenVMS indicant notamment une fin de support pour 8.4 en 2025 ; nous reviendrons plus tard en détail sur ces corrections).

Il faut bien sûr analyser dans le détail la nouvelle annonce de HP, suivant les clients visés, les réponses aux préoccupations diverses. De même il faut peser avec exactitude la nature des réactions que nous avons collectées.

Mais une vision plus générale peut être proposée.

Le public français contacté est très majoritairement extrêmement contrarié par les annonces de Juin, et sa crise de confiance envers HP est aussi très majoritaire. Les acteurs qui s’expriment sont pour la plupart membres de sociétés de grande ou très grande dimension (métallurgie, transport, énergie, finance), et s’y joignent des PME.

Pour les premiers il y a la perspective de risques industriels ou de coûts pour des domaines sensibles. Pour les seconds il y a la perspective de risque vital pour l’entreprise.

Parallèlement, la correction annoncée par HP témoigne d’une certaine prise de conscience de son côté, qui ne peut s’expliquer que par la violente réaction de clients à travers le monde. Mais ce qui frappe aussi est le côté très minime de la correction apportée.

On se demande donc comment cette dissemblance est possible. Quel rapport entre une violence assez considérable d’un côté et un « gentleman agreement » assez bénin de l’autre ?

La réponse est probablement à chercher dans la nature de l’écosystème OpenVMS lui-même.

Ce système est très bien connu des décideurs techniques, mais reste pour les directions générales un moyen important mais à certains égards subalterne et démodé. Or le public que nous pouvons interroger est plus dans le domaine technique (nous nous sommes essentiellement reposés sur les contacts pris pour les TUD), alors que l’oreille des grands décideurs HP est plutôt pour leurs homologues dans les grandes entreprises.

Il y a là selon nous les prémisses d’un risque sérieux : HP pourrait involontairement aggraver des divergences structurelles de l’écosystème OpenVMS, entre directions générales et directions informatiques, entre « grands comptes » et PME.

A retenir, au-delà des réelles difficultés : la communauté OpenVMS existe, et HP est en mesure de l’écouter. Deux mesures positives qui sont à comprendre comme des commencements encourageants.